.

Notions de développement local, régional et territorial


Définition du Développement local

Source : Favreau, Louis et Benoît Lévesque (1996). Développement économique communautaire. Économie sociale et intervention. Presses de l'Université du Québec, Collection Pratiques et politiques sociales et économiques, p. xviii et xix.


Il n'existe pas de typologie et de définition bien arrêtées du développement local bien que certains insistent sur le développement économique par la création de PME tels les commissariats industriels et les corporations de développement économique, d'autres sur le développement social telle l'approche traditionnelle des intervenants sociaux. Le développement économique communautaire (DÉC) a la prétention de prendre en charge ces deux dimensions, du moins, l'espace où elles se superposent (p. ex., l'employabilité et la crise de l'emploi). En fait ces notions sont complexes et fortement connotées sur le plan politique. Complexes parce que le développement local est au carrefour de plusieurs disciplines (économie, gestion, géographie, sociologie, sciences du développement régional, travail social) et est analysé à partir d'approches théoriques différentes, voire opposées (coût de transaction, districts industriels, milieu innovateur, systèmes locaux de production, communauté d'appartenance, etc.).

Historiquement, il est plus facile de trouver quelques points de repères quant aux pratiques. Par exemple :

  • La notion du développement régional s'est d'abord imposée dans les années 1960 à partir de l'aide du gouvernement fédéral aux régions rurales (ARDA) puis à des zones urbaines dites "désignées". La déconcentration administrative et la modernisation des services collectifs sous l'impulsion de l'État québécois ont permis la création ou la consolidation de "capitales régionales".

  • Le développement local, quant à lui, s'est imposé dans les années 1970 d'abord comme remise en question des politiques de développement régional, puis, comme complément aux politiques macro-économiques dans les années 1980. Ainsi, dans les années 1970, les Opérations Dignité et surtout l'expérience du JAL dans le Bas-Saint-Laurent remettent en cause les politiques de développement régional qui n'ont pas eu de retombées positives pour les zones les plus défavorisées (p. ex., la fermeture de paroisse). Par la suite, soit à partir des années 1980 et notamment avec la création des Sociétés d'aide au développement des collectivités (SADC), le développement local est reconnu comme complémentaire aux politiques industrielles plus orientées vers la nouvelle économie et l'exportation.

  • L'expression développement économique communautaire (DÉC) a été popularisée au Québec à partir des expériences de développement local en milieu urbain et, notamment, par les Corporations de développement économique communautaire (CDÉC), inspirées à la fois par les expériences américaines et par les expériences du JAL et de l'Est du Québec. Dans un cas comme dans l'autre, on retrouve un même souci de faire le lien entre le développement économique et le développement social. Les Corporations de développement communautaire (CDC) qui se mettront en place dans les petites et myennes villes accorderont plus d'attention au développement social mais tenteront également de faire la liaison entre " l'économique " (la création d'entreprises et d'emplois) et le social (qualité de vie et services collectifs). Toutes ces initiatives visent la " reprise en main " des collectivités dans le besoin, d'où une forte connotation politique.

Sans reprendre ici les caractéristiques du DÉC qui sont exposées dans cet ouvrage, indiquons simplement qu'il suppose une gouvernance locale (CDÉC, CDC, SADC), soucieuse non seulement d'établir des liens entre le développement économique et le développement social mais de représenter également les forces vives du milieu. Dans cette visée, ces instances sont généralement plus attentives aux entreprises d'économie sociale qui parviennent mieux que d'autres à établir ces liens en plus d'avoir un fonctionnement démocratique. Cela dit, les entreprises de l'économie sociale ne peuvent constituer à elles seules un DÉC. De même, les Corporations de développement économique (et les commissariats industriels), dans la mesure où leurs interventions ne sont centrées que sur la création d'entreprises, ne font pas partie du DÉC bien qu'elles soient fort utiles et pertinentes pour le développement local.

Compte tenu des expériences déjà citées, tant en milieu rural qu'en milieu urbain, le développement économique communautaire (DÉC) est une approche globale de revitalisation économique et sociale des collectivités locales qui conjugue les quatre éléments suivants:

  1. le déploiement d'un ensemble d'activités de production et de vente de biens et de services. C'est la dimension économique du DÉC;
  2. la mise en valeur des ressources locales sur un territoire donné, dans le cadre d'une démarche partenariale où les principales composantes de la comunauté s'y engagent (secteur communautaire, secteur privé, institutions publiques locales), démarche qui anime également la mise à contribution de ressources externes en fonction de la communauté. C'est la dimension locale du DÉC;
  3. la revitalisation économique et sociale d'un territoire (emploi, logement, formation, santé et services sociaux...) et la réappropriation par la population résidente de son devenir économique et social (empowerment et gouvernance local). C'est la dimension sociale et politique du DÉC;
  4. la communauté comme point de départ et comme point d'arrivée en tant qu'espace du "vivre ensemble" et le communautaire en tant que dispositif associatif premier de revitalisation. C'est la dimension communautaire du DÉC.

Définition du développement local communautaire

Source: Doucet, Laval et Louis Favreau (sous la direction) (1997). Théorie et pratiques en organisation communautaire. Presse de l'Université du Québec, 462 p.

"C'est le refus du déracinement, de voir sa localité, son village ou son quartier entraînés dans le déclin démographique et le déclin de son économie locale, avec ce qui en découle sur le plan de l'insuffisance des services. La sensibilité contemporaine à protéger l'environnement est venue renforcer cette volonté de résistance des communautés locales. Le développement local est une stratégie d'intervention qui a ses caractéristiques propres, caractéristiques qu'elle emprunte à cette situation spécifique.

Il s'agit en effet d'une approche, tout en étant locale, qui se veut "globale, intersectorielle et participative" (Eme, 1990). Elle veut en effet:

  • favoriser la résolution des problèmes sociaux par un auto-développement économique et social des communautés locales;
  • faire porter l'attention des autorités locales, régionales et nationales sur les problèmes les plus criants liés à l'emploi, au manque d'infrastructures économiques et de services de base;
  • soutenir la mise sur pied, sur le plan organisationnel, d'entreprises communautaires (de services ou de production de biens), de coopératives et de groupes d'entraide dans les principaux secteurs de la vie des communautés concernées (logement, emploi, services sociaux, environnement...);
  • travailler en partenariat avec les principaux acteurs de la communauté locale, c'est-à-dire les organisations populaires et communautaires de même que les syndicats, mais aussi les paroisses et l'élite locale (les petits hommes d'affaires, les professionnels...);
  • construire des structures autonomes à partir d'un effort local soutenu financièrement, au moins en partie, par l'État (sources étatiques fédérales, provinciales et municipales) et par des sources privées ou volontaires (communautés religieuses). Mentionnons, comme exemple type, une corporation de développement communautaire.

La stratégie de développement local mise donc sur une approche consensuelle, prise ici dans le sens d'additionner des forces locales. Cela n'empêche pas les groupes initiant une telle stratégie d'entrer régulièrement en conflit avec des pouvoirs extérieurs, en premier lieu le gouvernement central lorsque celui-ci ne soutient pas concrètement ces dynamismes locaux et régionaux.

Cette stratégie nécessite, bien entendu, que quelques conditions de base soient remplies. La première concerne l'importance du territoire. Le développement local est une stratégie d'organisation communautaire qui mise sur un travail au sein de populations partageant un même espace géographique. mais il y a plus: il s'agit d'un territoire où se partage, jusqu'à un certain point, un mode de vie, un territoire où le sentiment d'appartenance se fait sentir parce qu'il est menacé dans sa survie. Enfin, il n'échappera à personne ici qu'une certaine volonté d'agir collectivement pour résoudre les problèmes doive s'y manifester.

Cette stratégie d'organisation communautaire s'inspire largement de l'expérience du mouvement coopératif, qui lui, à l'instar du mouvement syndical, tire ses origines de l'époque de la pire misère des classes populaires.

Au Québec, à partir du début du XXe siècle, le développement des coopératives s'exerce d'abord dans le secteur de l'épargne, du crédit et de l'assurance avec l'impulsion que lui donne le fondateur des premières caisses populaires Alphonse Desjardins. Lorsque ce dernier fonde la première caisse populaire en 1900, il écrit, dans un des documents de création de cette caisse: "Par la solidarité des petits, créer des leviers financiers forts pour la communauté et aider ceux qui sont le plus exploités par les abus du capitalisme". D'autres champs d'intervention à l'intérieur de la mouvance coopérative s'ouvriront par la suite: coopérative d'ahbitation, de consommation, de travail....

La stratégie d'organisation communautaire de développement local s'inspire du mouvement coopératif. Cette stratégie prend un élan nouveau dans les années 80. Le développement communautaire fait un bond en avant en prenant forme en milieu urbain ou semi-urbain: c'est le cas des CDEC à Montréal et de corporations de développement communautaire".

-------

Autres définitions du développement local

Le développement local dans: Vachon, Bernard, avec la collaboration de Francine Coallier (1993). Le développement local, théorie et pratique, p. 74

"La prise de conscience de l'inefficacité des politiques traditionnelles pour redresser la situation des territoires en difficulté a donné naissance à une démarche complémentaire : le développement local. Cette stratégie de lutte contre l'extinction systématique a vu le jour au sein des collectivités et des régions fragilisées et marginalisées qui refusaient la fatalité du déclin. Cette démarche est une réponse de solidarité contre une agression violente qui, si elle n'est pas enrayée, mènera tout droit à l'exclusion. La stratégie que préconise le développement local s'appuie sur trois principes fondamentaux :
    • Le développement ne découle pas uniquement de la fonction ni de la valeur économique des activités et de l'organisation sociale des individus;
    • Le développement ne relève pas seulement des grands systèmes macro-économiques ni des institutions centralisées. Il est aussi largement lié aux micro-initiatives;
    • La personne constitue la force motrice du développement."

--------------

Le développement local dans: Pecqueur, Bernard (2000)). Le Développement local, Syros, Alternatives économiques, 2e édition, Paris.

"D'une manière générale, le développement local, sous ses aspects les plus spontanés, décrit les modalités d'adaptation et d'initiative autonome des producteurs de biens et services aux mutations profondes que connaît l'économie mondiale. Ce passage par une reterritorialisation des stratégies d'acteurs s'accompagne d'une mondialisation des échange. Cela tendrait à démontrer que, aujourd'hui, l'internationalisation des marchés exige comme qualité première la capacité à s'adapter et innover, plus que la seule capacité à produire. Le territoire devient le creuset des mutations planétaires. Bref, le local et le mondial sont les deux facettes d'un même mouvement d'ajustement. Le développement local n'est pas une idéologie en ce sens qu'il ne trace pas de chemin prospectif unique. La redistribution des cartes, dont il n'est que le signe, va assurément produire de nouvelles inéégalités entre cuex qui auront su s'adapter et les autres. Seuls les critères de la différencitation des espaces changent. La gestion de ces nouvelles inégalités passe par des compromis et des politiques publiques qui restent encore largement à découvrir" p.129

--------------

Le développement local dans: Tremblay, Suzanne (1999). Du concept de développement au concept de l'après développement : trajectoire et repères théoriques. Collection "Travaux et études en développement régional" Université du Québec à Chicoutimi Décembre 1999, 52 p.

"Selon certains auteurs, le développement local découle directement du concept du développement endogène. Michel Boisvert assimile le développement endogène et le développement local et il affirme ainsi : " Ce courant [..en parlant du développement endogène], mieux connu sous le nom de développement local, est le seul qui mette autant d'accent sur le milieu comme facteur de développement, opposant une planification ascendante - par le bas - aux stratégies habituelles de type descendant - par le haut "xxi. Dans cette conceptualisation, le développement local semble provenir du développement endogène, mais selon nous, il a subi une formalisation encore plus grande, ce qui a engendré plusieurs approches de développement local. En effet, les courants qui se sont développés dans le sillage du développement local sont notamment ceux des districts industriels, des milieux innovateurs, du post-fordisme et de la spécialisation flexible et du développement économique local et communautaire. Selon les différentes versions du développement local et selon les auteurs qui décrivent le développement local (Tremblay, Pecqueur, Vachon, Favreau, Proulx, etc.), l'accent sera mis davantage sur un principe plutôt que sur un autre. Il semble pourtant que nous puissions dégager deux approches de développement local qui englobent les autres courants.

Il y a d'abord l'approche du développement économique local axé sur la mise sur pied d'initiatives concertées par des partenaires œuvrant au niveau du territoire local. Le développement local est décrit comme une perspective centrée sur la revitalisation des communautés locales et sur l'amélioration des conditions de vie des populations selon des initiatives qui sont mises en œuvre à la fois par et pour les populations locales. Cette approche est principalement orientée vers l'amélioration des indices économiques traditionnels tels la croissance des emplois et des revenus à partir d'initiatives mises en œuvre par le secteur privé. Certains auteurs parlent de modèle fonctionnel qui se traduit par un modèle de l'ajustement aux marchés mondialisés (Dionne, 1996).

Une autre approche de développement local est celle du développement communautaire. Cette approche est centrée sur une vision globale et sociale du développement et fondée à la fois sur les solidarités et les initiatives à l'échelle de la communauté locale, de façon à contrer les effets du développement libéral et des interventions ou des non-interventions de l'État. Dans cette approche, c'est le développement social qui influencera le développement économique. Cette approche du développement communautaire est considérée par certains auteurs comme " un processus organisationnel conduisant vers des objectifs de développement culturel, social et économique "xxii. On comprendra que, dans cette approche, la notion de développement est globale et inclut autant les dimensions sociales, culturelles qu'économiques. Les résultats liés au développement communautaire sont donc liés à l'ensemble de ces dimensions et non pas seulement aux indices économiques. Dionne, lui, parlera de l'approche territoriale qui se fonde sur les solidarités humaines et communautaires (Dionne, 1996)."

--------------

Quelques suggestions de sites pertinents et de lectures sur le développement local

 

 


L'Observatoire en économie sociale, en développement régional et en organisation communautaire est une collaboration
de l'ARUC-ISDC, du CÉRIS, de la CRDC et du CRDT